Je découvre, dans « Ouest-France Â» du lundi 5 juin 2006, une ‘‘brève'' qui ne manque pas de me révolter : à JALLAIS, petite commune ( 3 300 habitants quand même ! ) du Maine et Loire, un groupe de parents d'élèves a investi, samedi 3 juin, une salle de la mairie pour la transformer pendant 3 heures en salle de classe...publique !
Cette information quasi confidentielle mériterait, selon moi, un traitement d'une toute autre importance. En effet, quel est le fond du problème ?
Ces parents déterminés, à juste titre, réclament l'ouverture d'une école publique dans leur commune qui ne compte, comme beaucoup d'autres communes du secteur, qu'une école privée (la vérité voudrait qu'on dise école catholique). Mais la municipalité s'oppose à cette création.
Il est précisé, en outre, que dans ce secteur de ( tenez-vous bien ! ) 100 000 habitants, la moitié ( 41 ) des communes n'ont pas d'école publique... et qu'il n' y existe aucun collège ni lycée publics !!! (Je cite scrupuleusement ce que je découvre).
Scandaleux, mais vrai ! Où donc est passée la notion de République Française et sa laïcité ???
Les citoyens laïques de ces campagnes des environs de Cholet doivent savoir qu'ils sont dans leur « bon droit Â» en réclamant, en exigeant, l'ouverture d'écoles publiques (les seules écoles libres, faut-il le rappeler ?). Et ils doivent se sentir encouragés et aidés, surtout par toutes celles et tous ceux - très nombreux quoi qu'on veuille faire croire à l'opinion publique - qui veulent participer à la défense et à la sauvegarde de l'école républicaine.
L'article L.211-3 du Code de l'Education, rappelé en pièce jointe, est sans ambiguïté à ce sujet et seules les personnes de mauvaise foi ou partisanes - ce qui doit être le cas ici - font semblant de ne pas comprendre. La loi est la loi et le droit doit être respecté PARTOUT !
Restons très vigilants car, à tous les niveaux décisionnels, il peut y avoir, il y a eu, des ‘‘dérives'' ou des prises de position qui peuvent être considérées comme contraires à ce que les vrais laïques - vous savez, ceux qu'on traite encore, d'un air méprisant, de ‘‘laïcards'' - attendent des Pouvoirs publics, des administrations territoriales.
Ce n'est pas, en tous cas, dans l'Ouest de la France qu'il faut se montrer un tant soit peu inattentif à cet égard, et ceux qui en ont conscience sont déterminés à monter la garde, même si la tâche est ardue et peu apparaître, parfois, comme une gageure...

Pierre CROLAIS
Citoyen Laïque ; Directeur d'Ecole publique retraité, Lamballe (22)
Source respublica