On a d'abord vu des joueurs, souvent brésiliens se signer.. D'autres permettre a leur eglise de se sucrer au passage comme lors du mondial 1998 ou Taffarel Gorgino et Bismark faisaient vendre une Vie de Jesus. Il est probable que l'on verra cette fois encore des joueurs improviser une séance de priere sur gazon mais cette fois, les eglises se sont donnés des moyens. Plusieurs télévisions et sites web ventileront le prosélytisme chrétien. Jorginho, joueur brésilien commentera les matches depuis Kickoff 2006, une des plateformes religieuses, pour la télévision brésilienne :"La coupe du monde doit être une occasion à ne pas laisser passer pour parler de Jésus". Kickoff 2006 regroupant une soixantaine d'organisations chrétiennes, a déjà distribué plus de 14 000 brochures et invite les paroissiens a profiter du mondial pour convertir « Il faut se rendre à l'évidence, à partir du 9 juin il faudra user de tactiques et de stratégies pour parvenir à attirer l'attention des supporters, du plus féru au plus amateur, sur plus grand que le terrain de foot, à savoir Dieu. Et pourtant, les joueurs ne se signent-ils pas souvent avant d'entrer sur le terrain ? Ne regardent-ils pas le ciel après avoir marqué un but ? L'équipe du Brésil, si fameuse et toujours favorite, ne prend-elle pas le temps de prier sur le terrain avant que ne siffle le coup d'envoi du match ? Car Dieu est présent... Et il nous appelle à le faire remarquer plus particulièrement à tous ceux qui ne voient pas plus loin que le bout du ballon rond. Alors, avant de s'exclamer "la coupe est pleine !" et de boycotter ce qui pourrait bien devenir, à l'instar de 1998, un mouvement fraternel et convivial, soyons sports : acceptons Jésus, douzième joueur de l'équipe, ne l'oublions pas sur le banc des remplaçants ! ». Le brésilien Kaka a deja fait savoir qu'il serait la « Lumière du Christ dans le milieu sombre du football ! ». Coté francais, plusieurs joueurs (1) ont dédicacé le « sauveur » un roman publié par Sport et foi, un mouvement charismatique. Athletes in action quand a lui propose a chaque groupe de missionnaires un kit de voyage comportant bibles, playstations, dvd etc... histoire de les aider a convertir.

Les cathos, eux ont les moyens. En octobre, le pape recoit Franz Beckenbauer, un ponte du foot allemand lors d'une audience privée au Vatican. Il lui revele qu'il allait « regarder à la télévision tous les matches importants". La fédération est émue. Suffisament pour accorder a l'Eglise le droit non commercial de retransmission télévisée des matches. L'épiscopat allemand a même créé un site dédié www.kirche-am-ball.de («L'Eglise au ballon»). Horaire des messes, mise a disposition de 480 paroisses pour les catholiques de langue étrangère. Participation active de pretre aupres de supporters. Et bien sur diffusion constante des matches. Coté musulman le proselytisme est encore titubant. Hassan Iquioussen, président d'honneur des JMF, a recommandé de délaisser la coupe du monde au profit la pratique religieuse. En revanche, l'Assemblée mondiale de la jeunesse musulmane, proche des Freres musulmans, basée à Riyad, et qui soutient les organismes et centres islamiques à travers le monde Une campagne « Découvrez l'islam » est organisée dans les 12 villes allemandes ou se deroulera des matches via les Centres islamiques. Pour son organisateur, egyptien, M. El Mursi,« Il nous est possible de changer la vision de l'islam afin qu'on nous voit comme des amis présents en son sein au Mondial (...) Au moins, nous aurons attiré son attention ».

Fiammetta Venner

(1) Florent Malouda (joueur en équipe de France et à l'OL, champion de France et vainqueur du Trophée des champions avec l'OL), Oscar Ewolo (joueur à Lorient et capitaine de l'équipe nationale du Congo), Jean-Marc Chanelet (champion de France et vainqueur de la Coupe de la Ligue avec l'OL, vainqueur de la Coupe de France avec Nantes).