A propos des jeunes musulmans, Franck Fregosi a déclaré : « Il y a bien eu un moment des structures comme Présence musulmane, qui a essayé de relayer le discours de ces jeunes mais on a tout de suite présenté ces structures comme radicales, ce qui ne l'était pas. Ces discours remettaient en cause les dysfonctionnements et pas le système. Cette situation, ajouté aux évènements internationaux a produit un islamo scepticisme, qui a découragé les jeunes de s'investir plus et de faire porter leur voix courant le risque constant d'être accusé d'intégrisme. »