Ce samedi 27 mai, les transpédégouines moscovites soutenuEs par des militantEs internationaux, ont manifesté, bravant l'interdiction du maire de Moscou. Encouragé par tout ce que les transpédégouines ont toujours connu comme ennemiEs, religieux et affiliés, le maire homophobe de Moscou avait pris sa décision dans un climat haineux : insultes, associations LGBT inquiétées, etc. Ce samedi après-midi, la marche a été violemment réprimée : agressions par des néo-nazis, arrestations de militantEs LGBT par la police...

La Russie criminelle de Poutine semble n'avoir jamais rien à craindre, si ce n'est quelques remontrances, des États européens. Depuis des lustres, elle massacre bien les Tchétchènes dans l'indifférence quasi générale.

Nos soeurs transpédégouines font aujourd'hui les frais de cette passivité cynique.

Nous avons la tâche, à la veille des LGBT Pride, d'intensifier notre solidarité.

Notre "fierté" est conditionnée aux sorts de nos soeurs partout dans le monde.

Il nous faut inventer les solidarités dont nous avons touTEs tant besoin. Et par là forcer l'Europe, et notamment la France, à réagir.

La protection des transpédégouines, partout, est une exigence minimale.

Stonewall reloaded!