Du 5 au 8 mai, l'UOIF organise son grand rassemblement annuel au parc des expositions du Bourget. C'est l'événement de l'année pour la branche française des Frères Musulmans. Souvenez-vous, Sarkozy en avait été la vedette en 2003. Il s'était fait applaudir durant toute son allocution jusqu'à qu'il demande aux musulmanes d'enlever leur voile sur les photos d'identité. A partir de là ce fut une véritable bronca dans la salle, organisée par la direction de l'UOIF. Voilées et barbus, bien sûr séparés par une allée salvatrice, se mirent de concert pour conspuer l'orateur qui n'était soudain plus un ami. Ils montrèrent alors aux citoyens de ce pays ce qu'était leur conception de la laïcité, et comment ils entendaient que la République s'adapte à l'islam.

L'année suivante, ce fut Noël Mamère qui paradait aux côtés de Saïda Kada, leader voilée des musulmanes de la région lyonnaise, et vedette du film « Un racisme à peine voilé ». Il n'hésitait pas à témoigner son soutien au droit à porter le voile à l'école, et à caractériser la loi du 15 mars comme une loi raciste. Succès assuré, l'idiot utile fut ovationné par la salle.

Cette année verra deux nouveaux invités, et pas n'importe lesquels : Christine Boutin et Hani Ramadan ! Hani Ramadan, celui qui défend la lapidation pour les femmes et explique que les Européens qui s'y opposent ont un regard occidental sur cette pratique. Son frère Tariq est un progressiste, à côté, puisque lui réclame seulement un moratoire sur cette pratique barbare et sexiste.

Le même Hani Ramadan raconte que le sida est la punition d'Allah infligée aux homosexuels. Il devrait s'entendre comme larrons en foire avec Christine Boutin, agent du Vatican en France, qui, entre autre florilège, déclara : « Toutes les civilisations qui ont reconnue et justifié l'homosexualité comme un mode de vie normal ont connu la décadence », et « Qu'est-ce que l'homosexualité, sinon l'impossibilité d'un être à atteindre l'autre dans sa différence sexuelle ? ». Bien sûr, il y aura l'Indigène de la République (islamiste) de service, avec l'inévitable Vincent Geisser, qui, bien évidemment évoquera les caricatures islamophobes du Prophète, preuve que la France est devenue un pays raciste, partition qui lui vaudra les applaudissements nourris des barbus et des voilées de la salle.

Autres invités, Olivier Roy, encore un chercheur du CNRS qui expliquera que la laïcité doit s'adapter à la nouvelle donne de la religion musulmane.

Le curé et le pasteur de service, Michel Lelong et Marcel Manoel, complèteront le plateau, ainsi que des maires UMP. Il ne manque, pour compléter le tableau, que les deux députés UMP, les duettistes Roubaud-Raoult, qui, pour avoir déposé une loi contre le blasphème au Parlement, à la demande de l'Union des Associations Musulmanes (UAM) du 93, auraient eu droit à une standing ovation. La présence du prêcheur antisémite Hassan Iquioussen ne dérangera manifestement aucun des ces honorables invités de l'UOIF unis, de la catholique intégriste Boutin au fondamentaliste Hani Ramadan, en passant par l'islamogauchiste Geisser, par la haine de la République et de la laïcité.

Mais toute la gauche n'avait-elle pas accepté, en novembre 2004, de manifester contre le racisme, à l'appel du Mrap et de la LDH, avec l'UOIF ‘

Jeanne Bourdillon