L'Eglise catholique, opposée à l'utilisation des préservatifs comme moyen de contraception et de prévention des maladies sexuellement transmissibles, envisage désormais d'autoriser leur utilisation par les couples mariés lorsqu'un des partenaires est porteur du virus du sida. Le Pape Benoît XVI, qui appliquait pourtant à la lettre la doctrine de l'Eglise catholique sous Jean-Paul II, a demandé un rapport à ce sujet et a ainsi surpris un grand nombre de catholiques et de défenseurs du safe sex. Le Révérant Jon Fuller, un médecin jésuite, a annoncé au New York Times que « dans un sens, peut-être qu'il dispose de la plus grande aptitude à faire ça car son orthodoxie ne fait aucun doute Â».

Le fait de considérer de soutenir le préservatif pourra peut-être également rapprocher le Vatican de son propre clergé. Le Telegraph a rapporté que les deux tiers des prêtres du Royaume-Uni pensent qu'il est « moralement défendable d'utiliser des préservatifs pour freiner la propagation du VIH Â». Le sida a établi un obstacle au sein de l'Eglise catholique, alors qu'elle s'étend en Afrique et se retrouve confrontée à des couples mariés infectés par le virus, où l'abstinence et la fidélité ne sont pas des protections suffisantes.

Traduit par Emmanuelle Quintaine

Feminist majority foundation, http://www.feminist.org