Cette semaine, le groupe anti-avortement Alliance Defense Fund a intenté un procès à la ville de Pittsburgh, Pennsylvanie, pour une loi qui requiert une zone de protection de 4,50 mètres autour des cliniques. L'ordonnance a été rendue en décembre et interdit aux manifestants de s'approcher à moins de 4,50 mètres des cliniques et de 2,50 mètres des patientes. Les contrevenants s'exposent à une amende pour leurs trois premières infractions et peuvent encourir une peine de 30 jours de prison pour les suivantes. L'alliance Defense Fund intente un procès au nom d'une femme qui invoque « la discrimination d'opinion », elle dit avoir été menacée d'arrestation par les policiers lorsqu'elle s'est approchée d'une patiente alors qu'elle a pu distribuer du matériel anti-pornographie près de la clinique sans subir de menaces.

D'après Pittsburgh Post-Gazette, Susan Frietsche, avocate du Women's Law Project, a décrit le procès comme « une tentative d'outsiders d'attaquer une loi qui fonctionne bien pour les habitants de Pittsburgh ». Post-Gazette a rapporté les paroles de Claire Keyes, directrice du Allergheny Reproductive Health Center, qui a déclaré que la loi était efficace : « Elle a certainement aidé. Nous ne recevons plus autant de plaintes de patientes qui ont été empoignés ou à qui l'on glissé des prospectus dans les poches ».

Traduit par Emmanuelle Quintaine Feminist majority foundation, http://www.feminist.org