Le département éducation du Rhode Island (RIDE) a récemment demandé à tous les départements scolaires publics de ne plus appliquer le programme d'éducation sexuelle d'abstinence financé par l'Etat. Ce programme, connu sous le nom de « Right Time, Right Place » (« Bon moment, bon endroit »), a été développé par Heritage of Rhode Island et enseigné dans deux départements scolaires l'an dernier. Heritage of Rhode Island a bénéficié de subventions pendant trois ans leur fournissant 400 200 dollars (313.670 euros) par an, et a présenté son programme d'études à plus de 600 élèves de l'Etat. Durant l'automne dernier, la Rhode Island American Civil Liberties Union a déposé une plainte contre ce programme et lui a reproché de contenir des stéréotypes sexuels, un contenu religieux, des enquêtes indiscrètes, et de ne pas être au niveau de l'éducation sexuelle standard de l'Etat.

Le département éducation du Rhode Island a écrit, dans sa lettre adressée aux recteurs, que le programme d'Heritage n'était pas conforme avec les standards de l'Etat pour ce qui est de l'éducation sanitaire, et a demandé à tous les départements de lui soumettre leurs programmes d'études de santé ainsi que ceux abordant les maladies sexuellement transmissibles pour effectuer des révisions. Il a surtout demandé à recevoir d'éventuelles enquêtes, car une étude associée au programme d'Heritage était excessivement irrespectueuse du droit des étudiants à l'intimité et les questionnait sur leur activité sexuelle récente. Steve Brown, directeur de la Rhode Island American Civil Liberties Union, a déclaré : « Nous sommes satisfaits de la réaction de l'Etat face à l'utilisation inappropriée de l'argent des contribuables qui soutenait un enseignement discriminatoire et religieux dans les écoles publiques. Les élèves méritent des faits concrets dans leurs classes d'éducation sexuelle, pas du sexisme.

Source : Feminist majority foundation, http://www.feminist.org