Tard dans la nuit, la proposition de loi d'interdiction de l'avortement a été rejetée lorsqu'Alan Nunnelee, président républicain du comité de la santé publique et de l'aide sociale, a refusé de signer le projet de loi de la Chambre. Le démocrate Steve Holland, président de la Chambre, l'a mis au pied du mur essentiellement en consentant à toutes les clauses de l'interdiction. Holland a annoncé au Jackson Clarion-Ledger : « nous leur avons apporté une interdiction de l'avortement ». Nunnelee a communiqué que le projet de loi était tellement compliqué qu'il faudrait que des juristes se penchent dessus. D'après lui : « c'est un rapport de conférence très complexe, et je ne peux émettre aucun jugement sur ça ». La conclusion est que le projet de loi contre l'avortement est mort lors de cette session législative du Mississippi.

Susan Hill, présidente de l'organisation National Women's Health Organization, qui dirige la Jackson Women's Health Organization, seule clinique encore pratiquant au Mississippi, a annoncé : « Durant ces deux dernières semaines, les tribunes du parlement ont été envahies par des militants du droit à l'avortement. Nous avons dominé les militants de pro-life à 4 contre 1. Cet effet démontre que le mouvement du droit à la vie est assez divisé pour ce qui est de l'interdiction de l'avortement. Le Comité national du droit à la vie (National Right to Life Committee) a signalé que ces types d'interdictions sont prématurés ; de plus, la Maison Blanche semble ne plus vouloir de nouvelles interdictions durant cette année électorale.

Source : Feminist majority foundation, http://www.feminist.org