Mardi, la commission des pharmacies a décidé à l'unanimité d'obliger les magasins Wal-Mart de l'Etat à vendre des contraceptifs d'urgence (EC), faisant de cet Etat le deuxième dans lequel les femmes peuvent s'en procurer au détaillant géant. L'Illinois joui déjà d'une loi obligeant les pharmacies qui vendent des produits contraceptifs de vendre également des contraceptifs d'urgence. Dan Fogelman, porte-parole de Wal-Mart, a annoncé que le détaillant allait revoir sa position par rapport aux contraceptifs d'urgence sur le plan national et a déclaré au Boston Globe « nous sommes en train de nous pencher activement sur la question Â».

La décision a été prise seulement quelques semaines après que trois femmes aient poursuivi Wal-Mart pour avoir violé la politique de l'Etat obligeant les pharmacies à vendre tous « les médicaments communément prescrits Â». La poursuivante, le docteur Rebekah Gee a annoncé à l'Associated Press : « Je suis fière d'avoir la possibilité de dire à mes patientes qu'elles peuvent désormais aller n'importe où avec leurs ordonnances Â». De plus, Sam Perkins, une des avocates des femmes, a partagé sa volonté d'intenter d'autres procès similaires dans d'autres Etats et de pousser Wal-Mart à vendre des contraceptifs d'urgence à travers le pays. Karen Pearl, présidente intérimaire de Planned Parenthood (régulation des naissances) a loué cette décision lors d'une déclaration : « Aucune femme ne devrait risquer une grossesse involontaire. Nous incitons Wal-Mart à revoir sa politique de longue date et à faire en sorte que les contraceptifs d'urgence soient disponibles dans tous les magasins du pays Â».

Source : Feminist majority foundation, http://www.feminist.org