Selon l'AFP, le 10 fév 2006, une centaine de manifestants iraniens s'en sont pris violemment à l'ambassade de France à Téhéran. A coups de pierres et de gros pétards, en brisant plusieurs vitres du bâtiment, en mettant le feu partiellement au drapeau français et aux cris de "mort à la France", "mort aux Etats-Unis" (qui a condamné la publication des dessins), "mort à la Grande-Bretagne" (qui a condamné la publication des dessins) et "mort à Israël" (quel est le rapport ?).

"Expulsez l'ambassadeur sioniste", ont également scandé les manifestants. Prouvant bien que leur colère envers les "occidentaux" ne date pas de la publication des dessins dans la presse française - même s'ils ne manqueront pas de l'invoquer comme prétexte - et qu'ils doit plus à l'irrationel, à la haine et et à l'antisémitisme soigneusement entretenu par leurs dirgeants.

Intervenant à la prière du vendredi, l'Hojatoleslam Ahmad Khatami a demandé aux musulmans de continuer à exprimer leur colère sans attaquer les ambassades étrangères. Mais ils ajoutait un commentaire digne de les conforter dans leur complotisme anti-Européens : "Ils gardent des bidons d'essence dans le sous-sol de leurs ambassades, ce qui veut dire qu'ils aimeraient qu'elles soient brûlées pour crier qu'ils sont victimes de l'injustice", a-t-il déclaré.