Cet après midi, des intégristes musulmans ont tenté de faire interdire la parution de Charlie Hebdo, consacré aux caricatures de Mahomet à paraître demain.

En vain. Charlie Hebdo a déjà eu des procès mais c'est la première fois que le journal était attaqué avant parution.

A 15 h devant la salle des pas perdus c'est donc en chiens de faïence que se dévisagaient les dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo et la poignée de militants de l'UOIF. Que l'UOIF poursuive un journal c'est normal, l'organisation inspirée par les Frères musulmans considère la liberté d'expression comme un moyen, pas un principe. Fouad Alaoui (UOIF) a au passage reconnu à la sortie de l'audience qu'il n'avait pas vu le journal.

Pourtant, aujourd'hui ce n'était pas l'UOIF qui portait plainte, c'était le CFCM (Conseil français du Culte musulman). Un organe qui pour le plus grand nombre représente les musulmans de France. Mais il faut revenir sur l'historique du CFCM, il faut rappeler qu'il ne s'agit de l'organe représentatif des musulmans pratiquants de France, et encore moins les personnes de culture musulmane. Cette structure créée par Nicolas Sarkozy pour gérer le culte avait vocation à évoquer des affaires cultuelles (hallal, pélérinage..). Un groupe d'experts aurait suffit, mais Nicolas Sarkozy a voulu faire élire cette structure, la rendant ainsi, quasi logiquement représentative.

Mais les élections, me direz-vous ont bien eu lieu. Oui, mais les élections se sont faites au prorata des mètres carrés. Les musulmans libéraux, majoritaires en France, ont de vieux édifices assez petits, dans les villes. Les musulmans intégristes, dopés par l'argent du Golfe ont des hangars en bord d'autoroutes. Et ce ne sont pas les 3,5 millions de personnes de culture musulmane qui ont élu ce CFCM, mais près de 5000 grands électeurs issus de mosquées. Aux dernières élections, l'UOIF a gagné la plupart des régions. Elle est majoritaire localement. Majoritaire en mètres carrés, pas en êtres humains. Trois semaines à peine avant les élections, 1113 grands électeurs ont été ajouté aux 4087 du départ, soit 20% de plus. Et pourtant l'UOIF arrive en tête des effectifs de l'Assemblée générale du CFCM (avec 39 sièges contre 33 à la Mosquée de Paris et 32 à la FNMF). Elle arrive également en tête du nombre de voix : 1155 contre 1069 pour la Mosquée de Paris et 886 pour la FNMF. Mais le meilleur est à venir. L'UOIF a gagné la présidence des Conseils régionaux de trois régions clefs : l'Ile de France, Le Nord pas de Calais et Rhône-Alpes. Ce dernier score a été obtenu de façon étonnante. Alors que la liste de Kamel Kabtane (conduite avec la Mosquée de Paris) allait l'emporter, le préfet a soudainement autorisé l'inscription d'une centaine de grands électeurs non inscrits supplémentaires après la clôture de l'élection... Résultat : victoire de l'UOIF ! En revanche, c'est vrai, l'organisation intégriste a renoncé à présenter des candidats dans certaines régions... ce qui a très opportunément fait baisser son score national et permit donc sauver les apparences. Surtout qu'il est bien entendu plus intéressant de gagner dans le Rhône Alpes que dans La Creuse. Et qu'il est plus intéressant d'avoir le pouvoir dans les régions (où les délégués régionaux discutent en direct avec les élus locaux et les préfets) plutôt qu'au niveau national.

Au lieu de favoriser un islam libéral et intellectuel, Nicolas Sarkozy a, avec le CFCM scellé un mariage forcé entre musulmans libéraux et intégristes. Depuis des années, avec la bénédiction du ministère de l'intérieur, les musulmans libéraux sont obligés de parlementer avec les intégristes plusieurs fois par mois. Et qu'est ce qui se passe quand on marie de force libéraux et intégristes. Nicolas Sarkozy nous avait dit que cela démocratiserait les plus radicaux. On a plutôt l'impression que cela a fait taire les libéraux.

Aujourd'hui on a franchit une autre étape, car c'est un avocat de la mosquée de Paris (libérale) qui est venu demander à la cour d'interdire un journal. Par pour diffamation après parution, pour censure. Un avocat libéral de la mosquée de Paris, d'origine algérienne, entouré par les cadres de l'UOIF, ça fait un choc. C'est un peu moins violent que la capitulation du Japon en 45 mais c'est beaucoup plus pathétique. Heureusement, on ne s'improvise pas intégriste, ni avocat spécialisé en droit de la presse d'ailleurs. Alors évidemment, maître Richard Malka, l'avocat de Charlie Hebdo a brillamment fait remarquer à l'apprenti censeur, ce qu'était la liberté de la presse, dans la France laïque. Et la plainte a été considérée comme nulle.

Demain mercredi, le journal sortira donc, le numéro reprendra les douze caricatures danoises, mais donnera aussi la parole à un collectif d'hommes et de femmes de culture musulmane plaidant pour la liberté d'expression.

C'est une excellente nouvelle, sauf que... l'avocat du CFCM, l'avocat de la mosquée de Paris entouré des cadres de l'UOIF faisait partie des nôtres. Au sens ou il défendait la liberté, la resistance au fanatisme, la necessité absolue d'un état de droit. Il faisait partie de ses musulmans libéraux qui nous suppliaient de les aider a faire en sorte qu'ils ne soient pas amalgamés aux intégristes. L'attitude du Conseil français du culte musulman prouve que cette institution est désormais sous l'influence des radicaux de l'UOIF et non plus la représentation moderne de l'islam de France. Les musulmans libéraux sont majoritaires parmi les pratiquants de France, et il faudra continuer à le clamer même si certains de ceux qui les représentent ont des envies de suicide.

Fiammetta Venner Pour plus d'infos sur la prise de pouvoir au sein du CFCM cf F. Venner, OPA sur "l'islam de France : les ambitions de l'UOIF" (Calmann-Lévy) http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2702135242/171-2073074-7533008