Hier, lors d'un interrogatoire coriace mené par le sénateur Charles Schumer (D-NY), l'homme nommé à la Cour suprême, Samuel Alito, n'est pas revenu sur la déclaration qu'il a faite en 1985 disant que la Constitution ne protégeait pas le droit à l'avortement légal. Le juge Alito a reconnu que tel était son point de vue à ce moment là, mais il ne s'est pas écarté de cette déclaration, bien qu'il se soit distancé d'avis précédents.

Plus tôt durant le procès, de la même manière que Clarence Thomas et John Roberts l'ont fait avant lui, le juge Alito a reconnu que la Constitution établissait un droit à la vie privée et a affirmé « J'admet que la Constitution protège le droit à la vie privée ». Mais il a refusé de dire si elle incluait le droit à l'avortement pour la femme.

Source : Feminist majority foundation, http://www.feminist.org