D'après un sondage CSA, 48% des français estiment que la réaction Nicolas Sarkozy suite à la crise des banlieues était suffisamment ferme. Curieusement, les femmes soutiennent un peu plus son attitude que les hommes et le type de commune ne semble pas avoir de nette incidence sur l'avis des français. En revanche, les plus jeunes (moins de 30 ans) sont moins en accord avec son attitude que les personnes plus âgées (plus de 50 ans). Le reste de la population française est divisé en deux catégories, en effet, un quart pense qu'il a fait preuve de trop de fermeté tandis qu'un autre quart penche pour le contraire. Les partisans du Front National restent fidèles à eux-mêmes et auraient voulu que Nicolas Sarkozy soit plus ferme et, contre toute attente, la majorité des sondés proches du Parti Socialiste estiment qu'il a bien agi.
Les méthodes du ministre de l'intérieur ne laissent personne indifférent car chacune de ses apparitions est orchestrée dans le but de devenir un coup médiatique ; manifestement, les trois quarts de la population ne se sont pas aperçus qu'une représentation théâtrale se jouait sous leurs yeux, se laissent leurrer, et en redemandent.

Source : La perception de l'action de Nicolas Sarkozy à l'occasion de la crise des banlieues, http://www.csa-fr.com/dataset/data2005/opi20051116e.htm (Sondage exclusif CSA / PROFESSION POLITIQUE réalisé par téléphone le 16 novembre 2005. Echantillon national représentatif de 957 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et catégorie d'agglomération.)