La " saine laïcité " de l'Etat, la " laïcité positive ", selon Ratzinger

Le pape Benoît XVI exprime sa conception de la " saine laïcité " de l'Etat, de ce qu'il appelle la " laïcité positive ", à l'occasion d'un congrès en Italie sur le thème: " Liberté et laïcité ". Le pape Benoît XVI a adressé un message au président du sénat italien, Marcello Pera, qui est aussi président honoraire de la fondation " Magna carta ": un message en date du 11 octobre.

La fondation " Magna carta " (FMC, (www.magna-carta.it) et la " Fondation subsidiarité " (www.sussidiarieta.net) ont en effet promu en Italie, à Norcia, les 15 et 16 octobre, une rencontre sur le thème: " Liberté et laïcité ": " un sujet d'une grande importance ", souligne Benoît XVI.

" Je formule, écrit le pape, le souhait que la réflexion se fasse en tenant compte de la dignité de l'homme et de ses droits fondamentaux, qui représentent des valeurs antérieures à toute juridiction de l'Etat. Ces droits fondamentaux ne sont pas créés par le législateur, mais ils sont inscrits dans la nature même de la personne humaine, et ils peuvent par conséquent renvoyer finalement au Créateur ". Le pape encourage " une saine laïcité de l'Etat en vertu de laquelle les réalités temporelles sont régies par des normes propres, auxquelles appartiennent aussi ces instances éthiques qui trouvent leur fondement dans l'essence même de l'homme ". Parmi celles-ci, poursuit le pape, le "sens religieux" a certainement une importance primordiale: là s'exprime l'ouverture de l'être humain à la anscendance. Un Etat sainement laïc devra logiquement reconnaître un espace dans sa législation à cette dimension fondamentale de l'esprit humain. Il s'agit en réalité d'une "laïcité positive" qui garantisse à tout citoyen le droit de vivre sa foi religieuse avec une liberté authentique y compris dans le domaine public ". " Pour un renouveau culturel et spirituel de l'Italie et du continent européen, ajoute le pape, il faudra travailler afin que la laïcité ne soit pas interprétée comme hostile à la religion, mais, au contraire, comme un gagement à garantir à tous, aux individus et aux groupes, dans le respect des exigences du bien commun, la possibilité de vivre et de manifester ses convictions religieuses ".

La sainte alliance Ratzinger-Sarkozy !

Après la discrimination positive, la laïcité positive!!! Sur qu'après cette sortie du nouveau leader de l'Eglise, toutes les organisations périphériques à l'Eglise chargées d'appliquer sa doctrine sociale vont "faire tourner la moulinette" comme disait ma grand-mère. Et que nous allons retrouver la nouvelle doctrine chez nos chers "indigènes de la République" et autres, car telle est leur rôle dans la mondialisation néolibérale. Le néocommunautarisme est bien une des conditions du maintien du néolibéralisme dans le monde.

Expliquons pourquoi. La mondialisation néolibérale n'existe que par deux processus, celui de la marchandisation et de la privatisation généralisées de toutes les activités humaines (santé sécu, éducation, services publics, etc.) et par celui d'une pression à l'affaissement programmé de la part des revenus du travail et des cotisations sociales dans la valeur ajouté(baisse de 10 points entre 1982 et 2002 ce qui correspond à environ 150 milliards d'euros par an pour la France). Ce double processus n'est possible pour les milliards de personnes sur la planète que si la solidarité des services publics est remplacée par la charité des communautés ethniques et religieuses pour rendre vivable la pauvreté et la précarité grandissantes dans ce cadre. C'est le rôle du néocommunautarisme d'être le principal soutien à la mondialisation néolibérale tout en tentant de saper l'union des gauches seule capable de présenter une alternative au turbocapitalisme actuel. Il est principalement instrumentalisé par la politique du Vatican depuis que l'Opus dei a pris le contrôle de l'Eglise catholique. L'intelligence de la stratégie de l'Opus dei est de vouloir présenter un front des religions pour réévangéliser toutes les sphères publiques que les combattants laïques et républicains souhaitent séparer de la sphère privée. C'est dans ce cadre que nous devons analyser les actions des mouvances néocommunautaristes dans le Monde comme celles des "Indigènes de la république"en France. Même l'islamiste doit être analysé dans le cadre du système d'alliance avec les organisations appliquant la doctrine sociale de l'Eglise. Le monde qui nous environne devient compréhensible quand on essaye de l'analyser avec les analyses de la période et non avec les analyses des périodes précédentes comme le font nombre d'altermondialistes ou de sociaux-libéraux. La seule boussole que nous avons est de continuer à lier le combat laïque et le combat social et à présenter au peuple le seul logiciel en magasin (autre que le capitalisme d'Etat et le communisme soviétique) qu'est le modèle de la république sociale. Encore faut-il ne pas le rabougrir et le porter bannière déployée!

Jérôme Manouchian