L'agence Zénith, contrôlée par le très réactionnaire courant des Légionnaires du Christ lire, publie chaque jour un bulletin représentant la parole officielle du Vatican.

Le 5 avril, en pleine période d'intense commémoration suite à la mort du pape, elle a publié deux brèves ne laissant aucun doute sur la volonté du Vatican d'insister sur le bilan provie de Jean-Paul II.

La première, intitulée "Jean-Paul II, défenseur de l'Homme, de la vie de tout homme" cite le site internet de la Fondation Jérôme Lejeune (www.genethique.org) pour rappeler le combat anti-avortement et anti-euthanasie de celui qui s'est pourtant octroyé le droit de mourir dans la dignité : "A l'occasion de la mort de Jean-Paul II, de nombreux journaux reviennent sur les valeurs morales défendues par le Saint-Père. Dans Evangelium Vitae en 1995, il dresse le tableau d'une humanité à la dérive qui ne connaît plus les limites de sa liberté et va jusqu'à légaliser des formes objectives de destruction de la vie comme l'avortement ou l'euthanasie. A cette "culture de mort" il oppose une "culture de vie". Il n'a pas craint d'aller à contre courant de l'évolution des moeurs, de prêcher un humanisme exigeant fondé sur le respect inconditionnel de l'être humain quelque soit son âge et sa santé, rejetant la procréation médicalement assistée et les manipulations génétiques,condamnant l'avortement et l'euthanasie. Son discours clair invitait les hommes de bonne volonté à rejeter tout ce qui peut porter atteinte à la vie humaine".

Et de citer quelques unes des déclarations provie du pape :

- "Avec les nouvelles perspectives ouvertes par le progrès scientifique et technique on voit naître de nouvelles formes d'attentats à la dignité de l'être humain". "Le XXème siècle aura été une époque d'attaques massives contre la vie, une interminable série de guerres et un massacre permanent de vies humaines".

- "Je confirme que tuer directement et volontairement un être humain innocent est toujours gravement immoral..."

- "Je déclare que l'avortement direct, c'est à dire voulu comme fin ou comme moyen, constitue toujours un désordre moral grave, en tant que meurtre délibéré d'un être humain innocent ... aucune circonstance, aucune finalité, aucune loi au monde ne pourra jamais rendre licite un acte qui est intrinsèquement illicite parce que contraire à la loi de Dieu...."

- "Je confirme que l'euthanasie est une grave violation de la loi de Dieu, en tant que meurtre délibéré moralement inacceptable d'une personne humaine..."

- "La tolérance légale de l'avortement et de l'euthanasie ne peut en aucun cas s'appuyer sur le respect de la conscience d'autrui, précisément parce que la société a le droit et le devoir de se protéger contre les abus qui peuvent intervenir au nom de la conscience et sous le prétexte de la liberté..."

- "L'avortement et l'euthanasie sont des crimes qu'aucune loi humaine ne peut prétendre légitimer".

La seconde brève rend hommage à Jérôme Lejeune, théoricien de référence du mouvement provie, sous le titre "Jérôme Lejeune et Jean-Paul II : plus qu'une amitié". On se souvient qu'en 1997, à l'occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris, le pape avait tenu à envoyé un message aux Français en se rendant sur la tombe du professeur Jérôme Lejeune, qu'il avait nommé Président de l'Académie pontificale pour la Vie. Le pape l'appelait son "Frère Jérôme".