Alors que les fidèles de Monseigneur Lefebvre n'ont pas hésité à marquer leur distance avec Jean-Paul II dans leur communiqué suite à sa mort, Français d'abord, le journal de Jean-Marie Le Pen, déclare : "En France, quelques vieux laïcards extrémistes baignant toujours dans les mêmes haines recuites n'ont pu s'empêcher de déverser leur bile à l'instar des ringards de Libération, que ce soit le dessinateur Willem ou le vieux bolcho Pierre Marcelle dans son éditorial. Sans surprise, le quotidien L'Humanité, qui ne s'est toujours pas remis, financièrement et politiquement, de l'écroulement de la sanglante dictature communiste à l'Est, a évoqué « un bilan mitigé »... Au sein de la classe politicienne, la LCR a conspué « le culte de la personnalité Â» entourant la mort du pape, l'adjoint Vert du maire de Paris à l'environnement Yves Contassot, le militant homosexuel Christophe Girard adjoint Vert du maire de Paris chargé de la culture, et le sénateur socialiste Jean-Paul Mélanchon ont dénoncé « la mise en berne Â» des drapeaux pour le décès de Jean-Paul II, contraire, selon eux, au « caractère laïc Â» de l'Etat français. Il s'agit d'ailleurs de préciser qu'officiellement c'est parce que le Pape avait également un statut de chef d'Etat du Vatican, que notre emblème national a été mis en berne."

Rappelons que le drapeau français n'a pas été mis en berne pour la mort de Jean XXII et que le drapeau de l'état du Vatican n'a pas été mis en berne pour la mort du général de Gaulle ou de François Mitterrand.