Alors que Sharon vient de faire entrer les travaillistes dans son gouvernement afin de pouvoir mener à bien l'évacuation de la bande de Gaza, les Loubavitch, le mouvement le plus structuré du judaïsme orthodoxe, fait campagne contre le démantèlement des colonies.

Bien qu'orthodoxes, tous les Loubavitch ne sont pas intégristes - au sens où ils ne souhaitent pas nécessairement agir sur la société de façon politique et liberticide. D'ailleurs, en théorie, aucun juif religieux n'est censé le faire, puisque le judaïsme n'est pas une religion prosélyte. Mais la théorie est une chose, la pratique en est une autre. Ainsi, depuis quelques jours, le groupe de Loubavitch Habad a lancé une campagne en Israël, visant à dissuader les soldats de Tsahal de participer à l'évacuation des colonies.

Ce genre d'ingérence divine dans les affaires terrestres n'est pas nouvelle. Le mouvement Loubavitch agit beaucoup pour convertir les juifs laïcs à la pratique orthodoxe, au point d'être l'un des principaux vecteurs du renouveau de l'identité juive religieuse. Centré autour d'une vie communautaire soudée par une pratique rituelle aussi stricte que mystique, le mouvement séduit en proposant une identité religieuse sécurisante à tous ceux qui se sentent menacés, notamment par la montée de l'antisémitisme, hier comme aujourd'hui.

Ses membres sont avant tout très communautaristes, voire sectaires si l'on se fie à la façon dont ils vénèrent le rabbi Schneerson, le septième guide Loubavitch, décédé il y a dix ans. Né en 1902 en Ukraine, il a fui les soviétiques, quitté Berlin au moment du nazisme, puis Paris au moment de l'invasion allemande, pour finalement trouver refuge à New-York, où réside aujourd'hui la plus importante communauté Loubavitch. On les reconnaît à la façon très différenciée dont les hommes et les femmes s'habillent (costume noir et chapeau pour les hommes, port de la perruque pour les femmes).

Lorsqu'ils s'adonnent au prosélytisme dur, les Loubavitch n'ont guère plus d'imagination que les autres. À Paris, où le mouvement grandit, ses membres distribuent par exemple des brochures sur les lois de pureté familiales, interdisant tout rapport sexuel conjugal durant la période menstruelle. D'après le Talmud, en effet, une femme qui a ses règles devient nidda et « doit s'abstenir de tout contact physique ». Dans l'état du New Jersey, ils ont créé une organisation nommée JONAH : les Juifs offrant de nouvelles alternatives à l'homosexualité. En fait d'alternative, à l'image des organisations de gays repentis imaginées par des intégristes chrétiens américains, il s'agit de convertir les homosexuels à l'hétérosexualité.

À ce militantisme intégriste somme toute classique, s'ajoute un messianisme grandissant depuis que le rabbin Schneerson a proclamé le retour imminent du Messie, au début des années 80. « Il annonce que les pas du Messie résonnent déjà et engage tous ceux qui aspirent à eux à les hâter », nous dit un site Loubavitch français. Depuis, le mouvement encourage ses membres à accentuer leur engagement social mais aussi politique.

Contrairement aux ultra-orthodoxes qui refusent de reconnaître l'Etat Israélien et s'en remettent entièrement au Messie, les Loubavitch font partie de ces mouvement religieux ayant décidé de peser sur les choix politiques d'Israël afin de garantir les frontières de la Terre Promise - et donc d'accélérer le retour du Messie. Ils soutiennent l'emprise des partis religieux à la Knesset, lesquels ont déjà plusieurs fois fait basculer le rapport de force en faveur du Likoud au détriment des travaillistes. En 1996, par exemple, le mouvement fait campagne pour Netanyahu, avec ce slogan : « Bibi, c'est bon pour les juifs. »

Leur pouvoir d'influence n'est plus seulement parlementaire mais également militaire, depuis que le rabbin Schneerson a autorisé les Loubavitch à servir dans Tsahal. Une mini révolution. Jusqu'ici, l'antisionisme des juifs religieux garantissait un recrutement essentiellement laïc. Désormais, avec cette autorisation, l'armée israélienne comporte de plus en plus de recrues orthodoxes. Quitte à être davantage soumise aux pressions des guides religieux. Quitte à pouvoir plus facilement désobéir aux consignes parlementaires.

C'est bien ce qui risque de se passer concernant l'évacuation de la bande de Gaza. Car si la Knesset ordonne le démantèlement des colonies, les Loubavitch, eux, viennent d'imprimer des centaines de milliers de cartes postales représentant un soldat qui jure, au nom la Bible, de défendre la Terre d'Israël. Une consigne de désobéissance civile très claire, à l'intention de tous ceux qui pensent que la loi divine est supérieure à celle des homme. Or ils sont désormais nombreux à servir dans l'armée Israélienne...

par Fiammetta Venner

(Article paru dans Charlie Hebdo du 5 janvier 2005.)