Orientaliste peu exigeant au niveau scientifique et surtout complaisant vis-à-vis de certains mouvements se revendiquant de l'islam politique, Bruno Etienne a mis sa caution universitaire au service de Tariq Ramadan.

En 1998, il lui a permis de valider une thèse à la gloire de Hassan al-Banna (le fondateur des Frères musulmans) qu'un premier jury ? composé de fins connaisseurs du réformisme musulman comme Ali Merad ? avait jugé trop parti partisane pour être considérée comme "académique". « il y avait très clairement une volonté apologétique » envers Hassan al-Banna confirme Charles Genequand, son président. Furieux, Tariq Ramadan a menacé le directeur du jury et l'université de procès. Sans aller jusqu'au bout puisqu'un jury a tout à fait le droit de refuser de valider un travail qu'il considère comme n?étant pas universitaire... Il n'a pu obtenir de caution universitaire que grâce à un second jury, moins regardant, composé de Bruno Etienne , pour valider ? sans les honneurs et sans les félicitations du jury ? son diplôme à la faculté de lettres de Genève.

Grâce à ses universitaires-là, Tariq Ramadan peut se prévaloir d'une caution scientifique au service de sa propagande, qui vise à présenter al-Banna comme « un grand réformiste » et les Frères musulmans comme un « mouvement de libération ».