Plusieurs manifestations pro-voile ont eu lieu depuis le discours de Chirac. Si le président de la République avait eu le courage d'annoncer une loi rétablissant réellement la laïcité (interdisant les signes religieux mais aussi l'enseignement de la religion catholique et protestante pendant les heures de cours dans certains départements) au lieu de donner le sentiment d'une loi uniquement anti-voile, nous aurions sans aucun doute assisté à des manifestations co-organisées par des intégristes chrétiens et musulmans (ce qui aurait le mérite d'être clair), tandis que les rassemblements pro-voile peuvent donner le sentiment de réagir à une forme de racisme. En apparence en tout cas, car il suffit de les observer de près pour ne pas douter de leur inspiration intégriste. Comme les manifestations anti-PaCS, les efforts pour apparaître de façon festive (comme les voiles tricolores) ne doivent pas nous tromper sur les intentions réelles des organisateurs...

A Strasbourg, samedi 20, on a pu voir 800 personnes défiler à l'appel le Parti musulman de France de Latrèche. Ce chiffre est impressionnant pour qui ne connaît pas les méthodes de cette organisation islamiste, habituée à faire venir des cars de militants depuis l'Allemagne pour gonfler les rangs de ses manifestants. En réalité, le PMF basé à Strasbourg est un groupuscule - dont les listes aux élections locales n'ont jamais dépassé les 0,5%. A l'occasion de la manifestation, le PMF a expliqué qu'une loi risquait de "légitimer et banaliser l'islamophobie" au nom d'un "laïcisme brutal et violent".

A Paris, ce sont près de 3000 personnes qui ont manifesté le dimanche 21 de République à Bastille. Très fortement encadrées par des militants barbus de l'UOIF (qui n'appelait pas officiellement à la manif mais dont le site a servi de relais pour l'appel), les femmes voilées ont eu du mal au départ à se faire entendre. Il a fallu plusieurs rappel à l'ordre des organisatrices officielles (un groupe d'appoint de jeunes filles) pour les voir en tête du cortège. Elles ont en effet plusieurs fois exigé que "les frères laissent passer les soeurs". En dehors de quoi, chaque fois qu'une femme voilée prenait la pose devant les photographes avec une pancarte, un groupe d'hommes barbus se mettaient entre elle et les journalistes pour la masquer... Il a fallu à chaque fois que des filles interviennent et leur demande de se pousser.

Les manifestants se sont dirigés vers la place de la Bastille en chantant "La Marseillaise", ou en criant de nombreux slogans tels que "France bien-aimée, où est ma liberté?", "Mon voile, ma voix", "Le voile, mon choix", "Ni frère ni père: le foulard, on l'a choisi", ou encore "Chirac, Sarkozy : le voile, on l'a choisi". Parmi les slogans on pouvait lire : "Française, musulmane et fière de l'être", "Touche pas à mon voile", pouvait-on lire sur des banderoles, ou encore: "J'aurais voté Le Pen, je ne serais pas surprise aujourd'hui". Des slogans plutôt bien pensés, portés par des jeunes femmes visiblement heureuses de pouvoir s'exprimer. Comment s'en étonner ? Le militantisme antiféministe a toujours été une formidable voie d'émancipation pour certaines femmes puisqu'il permet d'exprimer sa révolte sans fâcher les hommes, au contraire. Mais cette révolte a ses limites et elle contraste terriblement avec la réalité de certains voiles. En effet, comment croire que le "voile est un choix" en voyant plusieurs petites filles de moins de cinq ans voilées participaient à cette manifestation !

De quoi méditer cet avertissement lancé par le plus célèbre des poètes arabes, Adonis, dans un article paru il y a quelques mois dans "Al Hayat" : "Certains prétendent que la femme musulmane en Occident choisit le voile, et qu'elle est seule à décider de le porter, en toute liberté. C'est là un argument qui demanderait à être longuement discuté. Mais lorsqu'on voit à Paris, par exemple, des petites filles voilées qui n'ont pas plus de quatre ans, peut-on vraiment prétendre qu'elles portent le voile par leur seule volonté ? "

L'une d'elle, assise sur une voiture à pédales, tirée par son père (habillé à l'afghane), était un peu la mascotte de la manifestation. Une forme de rappel à l'ordre pour ceux qui se laisseraient troubler par les deux ou trois voiles bleu-blanc-rouge. D'autant que certaines femmes portaient le niqab saoudien (un voile intégrale ne laissant voir que les yeux). On pouvait aussi voir beaucoup de voiles prolongés par des gants noirs en cuir. Côté hommes, ce fût plutôt des jellabas classiques, quelques turbans talibans et surtout beaucoup de barbes. Vers 15h30, un groupe d'une dizaine de ces hommes ont quitté la manifestation pour s'installer sur la terrasse d'un restaurant fermé, boulevard des Filles du Calvaire, afin d'improviser une prière (qui aurait du avoir lieu a 14h40 !).

Parmi les femmes non voilées soutenant la manifestation, notons la participation de Ginette Skandrani. Elle préside l'association de la Pierre et l'Olivier qui, sous prétexte de solidarité avec la cause palestinienne, ne montre aucune gène à participer aux rassemblements du parti des musulmans de France pro-Le Pen ni à ceux du révisionnistes Serge Thion. On pouvait aussi voir quelques membres du Collectif des musulmans de France (la nouvelle association qui promeut Tariq Ramadan), ainsi que Tarek Kawtari, dirigeant du MIB (Mouvement de l'immigration et des banlieues).