Pourquoi reparler du voile islamique aujourd'hui ? Il n'existe que 150 cas conflictuels en France liés au port du voile et pourtant, quatorze ans après la première affaire dite du "voile", le débat semble devoir reprendre de plus belle. Pourquoi ? Pour quels risques et quels enjeux ? C'est ce que nous tentons de comprendre dans un dossier consacré au sujet dans ProChoix n°25.

Il est intéressant de noter que, comme à propos de la prostitution, notre rédaction est très divisée sur le sujet. Un certain nombre de membres de notre comité de rédaction ont signé un appel destiné à ne pas stigmatiser les femmes portant le voile. Il est paru dans Libération sous le titre "Oui au foulard dans l'école laïque" (le titre choisi par les auteurs était : "Oui à la laïcité, non aux lois d'exception").

Au même moment, d'autres membres de ProChoix ont décidé de faire de la défense de la laïcité la priorité des priorités. Cette divergence d'appréciation doit-elle nécessairement aboutir à des points de vue opposés ou existe-t-il une voie médiane capable de les réconcilier ? Il nous faudra sans doute plusieurs numéros pour le savoir. Comme toujours, c'est un travail de longue haleine que nous entamons dans ses pages. Il ne nous mettra pas nécessairement d'accord mais il aura le mérite de clarifier les enjeux politiques sous-tendus par la réactivation de ce débat. Si possible, il nous permettra d'anticiper ses effets. Pour cela, nous choisirons - comme à chaque fois - de nous concentrer sur l'étude des prises de positions intellectuelles ayant potentiellement un impact sur les politiques publiques.