Le 26 janvier 2002, à Casablanca, La Ligue des droits de la Femme du Maroc organisait (grâce au soutien de la fondation allemande Friedrich Ebert) un colloque consacré à "la femme et les discours religieux extrémistes". Une journée particulièrement placée sous le signe de la vigilance vis-à-vis de l'Intégrisme islamique mais à laquelle ont été conviées Fiammetta Venner et Caroline Fourest, chacune intervenant respectivement sur l'Intégrisme catholique français et l'intégrisme protestant américain. Dans un pays comme le Maroc où le statut de la femme reste extrêmement précaire, où la police fait appliquer un code de la famille patriarcal avec la rigueur d'une dictature et où les intégristes islamistes menacent toujours d'empirer les choses, ce fut une journée particulièrement forte où la liberté de ton et la qualité des interventions ont permis de faire dialoguer des personnalités de la société civile et du monde universitaire arabes et européens. Parmi eux, la leader de l'organisation RAWA. Arrivée épuisée d'un voyage long de 20h et où elle a dû passer de multiples contrôles policiers, la porte-parole de l'Association des femmes révolutionnaires Afghanes a invité les militants et les sympathisants à continuer d'offrir leur aide, rappelant que la situation des femmes en Afghanistan était loin d'être gagnée. Elle est également intervenue lors d'une conférence auprès de la presse marocaine (à visage non pas grillagé mais masqué pour des questions de sécurité). De son côté, ProChoix a proposé de lui faire parvenir sous peu la traduction de certaines interventions de la journée, dites en arabe et en français mais non en anglais. En effet, parmi elles, celle du Mufti de Marseille, Soheib Bencheikh, devrait lui être fort utile pour convaincre les musulmans de l'Alliance du Nord et les autres d'adopter une lecture plus progressiste du Coran. Partisan de la laïcité et d'une nouvelle interprétation de l'Islam, le Mufti de Marseille a rappelé que le Coran ne devait pas être lu comme un texte révélé mais comme un texte mis en forme par des humains pour répondre aux besoins et au contexte de l'époque, deux siècles après la mort de Mahommet, lequel avait d'ailleurs plusieurs fois changé d'avis au cours des 22 ans que dura l'Hégire. Il a également plaidé pour un Islam compatible avec un Etat laïque. Une journée particulièrement riche donc et une rencontre qui devrait déboucher sur un entretien du Mufti de Marseille dans la revue ProChoix très prochainement. Pour aller voir le site de RAWA : http://rawa.fancymarketing.net/rawa.html