Député depuis 1993. Yvelines 5e. RPF.

Député RPR du Vaucluse depuis mars 93, conseiller général, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur et maire de Valréas (depuis 89), Thierry Mariani fait partie de ces cumulards qui ont dédié toute leur vie à leur carrière politique (si l'on en croit le Who's who l'homme est semble-t-il célibataire et sans enfants). Diplômé d'un DEA en droit commercial et de l'Institut d'études des relations internationales de Paris, ce jeune loup du RPR a très vite compris l'intérêt marche-pied du débat sur le PaCS. Plus anti-immigrés qu'autre chose, ses multiples assauts contre le PaCS ont visé principalement l'ouverture du contrat aux étrangers. Logique, monsieur Mariani fait carrière dans le Sud de la France où il chasse sur les terres du Front national (il s'est d'ailleurs fait connaître comme rival du FN en devant président du conseil d'administration des Chorégies d'Orange en 1995).

Contre le PaCS
Assidu au courrier des lecteurs de Marianne (dont il ne s'est pas privé de nous lire des extraits), il a expliqué lors de la discussion générale : «Le législateur n'a pas à courir après les modes, à suivre ceux qui veulent que leur exception devienne la règle» ; «Comment contrôler la sincérité du projet de vie commune des futurs «PaCSisés» ? Et je ne parle pas des conséquences du PaCS sur l'immigration.» ; « le PaCS sera en réalité la voiture-balai des régularisations de sans-papiers, et cela nous ne pouvons l'accepter» ; «ce texte est dangereux pour la société...» etc. Les jours suivant la discussion, il a défendu de nombreux amendements notamment un demandant 300 jours de délai entre deux PaCS et une série d'autres exigeant l'exclusion des sans-papiers de la signature d'un PaCS. En deuxième lecture, il fut l'un des rares à continuer l'obstruction avec une réelle énergie, allant parfois jusqu'à défendre un amendement sur deux.

A voté contre le PaCS

Accointances douteuses
Lors du premier tour de l'élection présidentielle 2002, il a recommandé à ses élus de soutenir Nicolas Miguet , ancien proche de Jean-Marie Le Pen, dans sa quête des 500 signatures.

Contre les sans papiers
• Mariani truffe ses discours de réflexions contre les sans papiers mais aussi contre la loi Chevènement : "Après le vote de la loi Chevènement qui illustre votre renoncement à maîtriser les flux migratoires, on en est à se demander si vous n'attendez pas, pour réagir, que les intéressés puissent conclure un 'PACS blanc' afin d'obtenir leur régularisation". Assemblée nationale. 13 oct 1998, 1ère séance - Question sur les étrangers en situation irrégulière

• Il a aussi fait une proposition de loi visant à supprimer toute possibilité d'acquérir la nationalité française aux étrangers coupables de crime ou de trafic de stupéfiants. Une sorte de catégorie d'étrangers définitifs qui ne pourront jamais être régularisés.

Contre le devoir de mémoire
Le 22 janvier 2002, il a voté contre la proposition de loi relative à la reconnaissance du 19 mars 62 comme Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie.

Contre le droit des femmes à disposer de leur corps
A voté contre la réforme de l'IVG et de la contraception du 5/12/2000.