Le président de l'Union des Juristes catholiques a autorisé les intégristes de Serviam et de Permanence à reproduire son texte en l'honneur de Jean-Paul II. Joël-Benoît d'ONORIO est incidemment professeur à Aix Marseille.

"Très Saint-Père, C'est avec une grande émotion et un profond sentiment de reconnaissance que les membres de l'Union internationale des juristes catholiques ont l'insigne privilège d'être reçus par Votre Sainteté à l'occasion de leur jubilé romain et de leur assemblée plénière qui constituent, en cette Année Sainte, une sorte de secondes "JMJ", les "Journées mondiales des juristes". Provenant de divers pays, ils ont voulu répondre à Votre appel pour, à l'orée d'un nouveau siècle et d'un nouveau millénaire, faire converger leurs regards vers Notre-Seigneur Jésus-Christ dont nous célébrerons avec Vous, ce dimanche, la Royauté sociale universelle. Dans l'accomplissement de leur tâche, les Juristes catholiques savent pouvoir compter sur la source d'inspiration inépuisable que leur Sainte Mère l'Eglise leur offre par sa Tradition vénérable et son Magistère infaillible. Reconnaissant en Dieu le législateur suprême, nous sommes conscients que le droit, éclairé par la loi naturelle, peut être aussi facteur d'évangélisation et le juriste un serviteur de l'Evangile, car il est, selon la belle définition d'Ulpien, "le prêtre de la Justice", "Sacerdos lustitiae". Cet apostolat de la justice et du droit représente pour nous un impératif de service et de dévouement au Bien commun. Notre mission consiste ainsi à contribuer à une reconstruction profonde de l'ordre juridique selon les éternels principes chrétiens. L'ordre du droit ne peut en effet être étranger à l'ordre de la morale. Et l'ordre de la morale trouve son fondement ultime en Dieu. Hors de Lui - et a fortiori, contre Lui - où trouver la justification de l'éminente dignité inhérente à toute personne humaine qui est au centre de la règle de droit ? A cet égard, notre réflexion et notre action sont continuellement enrichies par les enseignements de Votre Sainteté, et tout particulièrement par Votre magistrale encyclique "Evangelium vitae" où Vous dénoncez avec des mots définitifs cette "culture de mort" qui, en maints endroits, s'est insinuée jusque dans nos lois et qui est foncièrement une anti-culture dont on connaît les ingrédients et dont on mesure les ravages, dans les âmes plus encore que dans les corps. Ce lumineux document devrait être le livre de chevet des juristes et constituer une véritable charte des professionnels du droit. D'aucuns voient en nous, après Vous, des hommes en retard sur leur temps. Ils ne comprennent pas que, grâce à Vous, nous sommes en avance d'une époque. Le véritable obscurantisme est celui de l'esprit du monde qui refuse d'être éclairé par l'esprit de vérité car il n'aime ni la vérité, ni la lumière. Il ne les aime pas parce qu'il en a peur. Sous Votre conduite paternelle, l'Eglise a le courage de rendre à l'humanité ce service de la vérité. Les Juristes catholiques sont déterminés à demeurer dans cette ligne. Leur attachement au Siège de Pierre est indéfectible et leur fidélité à son Successeur est inconditionnelle.

Très Saint-Père, Vos fils juristes, rassemblés autour de Votre Sainteté en cette fin d'Année Sainte, veulent surtout élever une action de grâce pour le don inestimable de Votre auguste Personne que, de toute éternité, le Maître de l'Histoire destinait à l'Eglise et au monde de ce temps. Des marches de l'autel de Dieu jusqu'aux degrés du trône de Saint-Pierre, Votre Sainteté est demeurée ce prêtre qui, une fois pour toutes, a été configuré au Christ pour renouveler, par le Sacrifice eucharistique de chaque jour, le Sacrifice rédempteur de la Croix. Depuis lors, nous pouvons contempler la prodigieuse fécondité spirituelle dont Votre ministère apostolique a été gratifié par la célébration des saints mystères, parce que nous sentons bien que Votre âme est constamment régénérée dans ce Sang qui, chaque matin, coule de Votre calice sacerdotal. Au service du peuple fidèle, d'abord à Cracovie puis à Rome, Votre Sainteté n'a jamais cessé de dispenser au monde les paroles de Vie et les sacrements du Salut. C'est pourquoi, pleins de reconnaissance et débordants d'affection, de simples hommes de loi s'inclinent aujourd'hui humblement pour recevoir, en gage de divines grâces, la bénédiction du grand homme de foi.

Joël-Benoît d'ONORIO, Président de l'Union internationale des Juristes catholiques"

http://www.serviam.net/dossierprotect/adhformation/adhformciv/sourcedroit.html